Organisation pratique 3/3

Dans les précédents articles, je vous ai montré ma classe et mon coin cuisine (organisation pratique 1/3), puis je vous ai fait un inventaire du matériel de la cuisine et donné mes astuces de rangement et d’utilisation (organisation pratique 2/3).

Dans ce troisième article, je vais vous parler de l’organisation avec les enfants pour la préparation des gâteaux et de la vente.

Pour illustrer mes propos et vous mettre en appétit, voici une vidéo tournée en classe lors de la préparation d’un cake pêche-groseille pour la vente du jeudi :

 

ORGANISATION EN CLASSE AVEC LES ENFANTS

Déterminer le jour des gâteaux
Lorsque j’ai commencé mon projet de vente de gâteaux préparés par les enfants, j’ai choisi le jeudi car il me fallait un jour ou nous terminions à 16h30 pour rencontrer les parents le soir lors de la vente. (article bilan/projet3/3 http://tuto-gateau.com/premier-bilan-du-blog-33/ )
J’ai gardé cette journée comme journée pâtisserie en classe car à Paris, il n’est pas question de modifier les rythmes scolaires ou de revenir à une semaine de 4 jours. (---soupirs---)

Au départ, nous fabriquions l’équivalent de 2 cakes pour la vente, mais face au succès des ventes, nous avons dû préparer 3 cakes chaque jeudi matin pour contenter –presque- tout le monde !

emploi du temps hebdomadaire

emploi du temps du jeudi

L’EMPLOI DU TEMPS

 

 

Adapter l’emploi du temps :

J’ai crée mon emploi du temps de façon à avoir tous les jours un long temps en classe le matin, sans interruption de 8h30 (début des cours) à 11h00 (heure de la récréation). Les enfants se mettent au travail dès leur arrivée en classe, et ils n’aiment pas être interrompus pour aller en salle de motricité ou en bibliothèque… et c’est encore plus vrai le jeudi lorsqu’ils doivent faire 3 gâteaux dans la matinée !

FORMER LES GROUPES DE PÂTISSIERS

Le jeudi, nous commençons la journée par un rapide regroupement, contrairement aux autres jours où le regroupement se fait plutôt en fin de matinée pour un bilan.

Je rappelle la thématique de la période (chocolat, agrumes, fruits d’été…) et je présente la recette du jour à l’intérieur de cette thématique.

Nous formons alors les 3 groupes de pâtissiers qui feront chacun un gâteau.

Dans chaque groupe, il y a 1 enfant de Grande Section, 1 enfant de Moyenne Section et 1 enfant de Petite Section choisis parmi les volontaires.

J’ai, dans mon cahier-bullet-journal-de-classe, un tableau pour pointer le passage de chaque enfant au coin cuisine sur la période. Ainsi, j’essaie de faire en sorte que chacun passe environ 4 fois dans la période en cuisine.

pointer le passage à l'atelier

plan de travail de la période 5

Les groupes formés, et les prénoms écris au tableau, la matinée peut commencer :

Le premier groupe se prépare (laver les mains, mettre les tabliers, préparer et mesurer les ingrédients…) et les autres élèves se dirigent seuls vers leurs ateliers en autonomie, guidés par leurs propres besoins ou désirs, ou alors orientés par mes observations consignées dans mon cahier-bullet-journal-de-classe.

J'utilise le plan de travail prévisionnel de la période pour chaque élève. Je m’y réfère tous les jours pour écrire le plan de travail de la journée. J’y reporte tous les soirs les acquis de chacun en le surlignant en jaune.

 

 

 

Le plan de travail prévisionnel pour une journée (période 5)

J’y écris la veille des propositions d’ateliers pour chacun, puis je surligne au crayon ce que chacun a fait réellement dans la journée :

plan de travail journée

las coins cuisine et regroupement (cercle au sol) sont à proximité

LE RÔLE DES ADULTES EN CLASSE

Lorsque j’ai de la chance, une ATSEM est présente et je peux lui confier un atelier d’arts plastiques ou un jeu de société… mais bien souvent je suis seule et je ne peux faire que peu ou pas de présentations le jeudi matin.

Je me place, avec les enfants que je vais suivre, sur un tapis au coin regroupement, juste à côté de la cuisine. Ainsi, je reste attentive, d’une oreille, au déroulé de la recette (ah… les maîtresses aux multi-pouvoirs !).

Lorsqu’une ATSEM est présente en classe, je lui demande volontairement de superviser un jeu de société ou un atelier peinture à l’autre bout de la classe, car elle aura tendance à diriger, à aider et à faire à la place des enfants. Ainsi, sa présence me décharge sans entraver l’autonomie en cuisine.

LE RÔLE DES ENFANTS

Les 3 pâtissiers doivent donc être autonomes dans la réalisation de la recette.

Le matériel nécessaire est préparé sur le plan de travail avant leur arrivée, ainsi que les ingrédients frais sur la table des ingrédients (mes courses pour environ 3 cakes). Les bacs de farine et de sucre sont toujours rangés près des pots de yaourt vides.

Une poubelle est placée au coin cuisine, ainsi qu’un bol pour récolter les déchets destinés au composte de l’école.

La recette imprimée sous forme de livre est parcourue et commentée au coin regroupement avec toute la classe, puis laissée au groupe de pâtissiers.

Il leur suffit alors de suivre les instructions du livre pour mesurer les ingrédients et préparer le gâteau en pas à pas.

Je reste disponible pour préparer le bain-marie ou superviser la découpe de fruits un peu difficile, mais j’interviens le moins possible, et de moins en moins au fil de l’année, d’autant que je garde mes élèves trois années, et que les grands, qui souvent sont lecteurs, font des gâteaux dans ma classe depuis la petite section !

A la fin de la recette, le premier groupe nettoie sommairement le plan de travail, mais ne fait pas la vaisselle. Les trois groupes doivent s’enchainer rapidement pour faire trois gâteaux dans la matinée. Le cul-de-poule pour préparer la pâte sera donc réutilisé directement par le prochain groupe qui fera la même recette, ce qui n’est pas gênant.

A la fin des trois recettes de la matinée, les 9 enfants font ensemble la vaisselle et le ménage du coin cuisine avant d’aller en récréation.

3 pâtissiers en autonomie

LE CHOIX DES RECETTES

Pour les gâteaux du jeudi, c’est moi qui détermine la recette de la semaine à l’intérieur de la thématique de la période, et qui achète les ingrédients le mercredi selon les arrivages du marché (le prix des cerises et des fraises est assez déterminant).

Parfois, ce sont les enfants qui me proposent une nouvelle recette qu’ils ont testée à la maison avec leurs parents ! Je la mets alors rapidement en forme pour l’utiliser en classe, et c’est avec une grande fierté que l’enfant refait SA recette en classe la semaine suivante !

Pour les gâteaux d’anniversaire, les enfants concernés choisissent ensemble une recette parmi les livres « gâteaux d’anniversaire » (que je mettrai en ligne un jour). Ils se répartissent la liste des ingrédients à acheter avec leurs parents pour le lundi. Le gâteau est préparé le mardi par les enfants qui fêtent leur anniversaire dans le mois, et les dernières touches de décor sont parfois apportées le mercredi matin, avant la cérémonie et la fête d’anniversaire.

LA VENTE DES GÂTEAUX

La pré-vente le matin en classe

Face au succès des ventes de gâteaux du jeudi soir (pénurie 10 minutes après l’ouverture de la vente), et parce que beaucoup d’enfants restent au goûter à l’école jusqu’à 18h00, je pratique une pré-vente dès l’accueil le jeudi matin.

Les enfants peuvent alors réserver une ou plusieurs parts de gâteau pour le soir. Ils me payent le matin et je note leur prénom et le nombre de parts à préparer sur le papier du jour.

Au cours de l’année, j’ai délégué ce post à un élève de GS volontaire qui devait donc encaisser et noter les prénoms sur le papier pour le soir.

La vente du jeudi soir : le rôle des enfants

Le jeudi, je finis ma journée par la motricité dans le préau de l’école qui est aussi le passage obligé pour accéder aux classes.

C’est donc dans cet endroit stratégique que nous installons notre boutique éphémère : une table, une caisse, des parts de gâteau et des serviettes en papier.

Les gâteaux sont cuits dans la salle des maîtres pendant l’heure du repas, sous ma surveillance (les odeurs sont un supplice pour mes collègues).

En fin d’après-midi, je découpe les trois gâteaux.

Un enfant fait la somme des parts réservées le matin. Je les emballe individuellement dans une serviette en papier et les place sur un premier plateau avec la liste des noms du matin.

Le reste des parts est disposé sur un second plateau, non emballé: ce sont les parts à vendre le soir.

Lorsque je découpe les gâteaux, je garde de côté les entames ou les biscuits trop irréguliers pour les partager et permettre à chacun de goûter à la recette du jour et d’en discuter avant de descendre en récréation : c’est notre bilan du jeudi !

A la fin de la séance de motricité, les enfants s’assoient sur des bancs avec mon ATSEM qui s’occupera du plateau des pré-ventes.

Je mets en place la table de la vente et suis rejoint par 3 volontaires pour occuper les postes suivants :

  • Vendeur (donne son plus beau sourire, renseigne le client sur la recette et emballe les parts de gâteau)
  • Caissier (encaisse et rend la monnaie)
  • Policier (gère la file d’attente… car les adultes sont parfois bien indisciplinés lorsqu’il s’agit d’acheter des gâteaux !)

une part de cake

LA CAISSE

 

J’ai acheté, pour quelques euros, une petite caisse à monnaie qui se ferme à clé.

Avec des auto-collants, j’ai identifié chaque compartiment pour un tri efficace des pièces dans la caisse. L’étage inférieur est dédié aux billets.

Un petit entrainement en classe (jeu de rôle) est requis pour préparer les futurs caissiers.

la caisse

RENDRE LA MONNAIE

Le poste de caissier est réservé à un élève de GS qui maîtrise bien les calculs et qui aura fait quelques exercices de jeu de rôle avec moi en classe.

Je leur avais préparé une feuille de référence pour calculer la monnaie à rendre, mais très vite, ils s’en sont passé et calculaient de tête !

Cette année, j’avais 5 caissiers formés pour ce poste, et bien souvent, ils calculaient plus vite que moi la monnaie à rendre ! (vous connaissez certainement aussi l’état de fatigue de la maîtresse, le jeudi soir, dans une semaine à 5 jours… non ?).

Bravo les enfants !

COMPTER L’ARGENT GAGNÉ LORS DE LA VENTE

Le vendredi matin, nous calculons ensemble les gains de la vente de la veille.

Pour cela, j’ai préparé des feuilles de calcul pour faire la somme de l’argent en caisse.

Une fois trouvé le total de la caisse, une soustraction est nécessaire pour trouver la somme gagnée lors de la dernière vente.

BILAN DE L’ANNÉE 2

Cette année, une nouvelle collègue faisait elle aussi avec ses élèves de MS-GS une vente de gâteaux tous les lundis. Les bénéfices de nos deux ventes hebdomadaires ont servi à financer en grande partie un projet initiations aux échecs, avec un professeur payé par nous, pour tous les GS de l’école !

 

J’espère que j’ai pu, avec ces trois articles, répondre à toutes les questions pratiques pour initier un projet pâtisserie en classe.  

Je pense aussi écrire un article qui détaille la méthode que j’utilise en maternelle pour que les enfants apprennent à rendre la monnaie et à comptabiliser l’argent gagné… ça vous dit ?

Vous voulez en savoir plus sur mon bullet-journal-de-classe ?

Vous avez encore des questions, des doutes ?

Vous voulez partager votre expérience ?

Laissez-moi un commentaire, et je me ferai un plaisir de vous répondre !

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  • 5
    Partages

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

6 commentaires sur “Organisation pratique 3/3”